©box 3 the beginning of the end

©ollaboration entre des étudiants de 2ème année ESADMM Marseille – Méditerranée encadrés par Ronan Kerdreux (section design) et Carole Brandon (département Communication / Hypermédia, G-SICA)

The beginning of the end de la ©box (version) 3 efface les 2 autres versions devenues obsolètes dans notre actualité hyperconnectée.

La ©box 1, imaginée et conçue dans les années 2000 a tout d’abord pour objectif d’être un objet nomade, hébergeant physiquement un visiteur et virtuellement une galerie… Sa réalisation et sa présentation dans des lieux d’expositions (CAC Lacoux, Biennale Internationnale Design Saint-Etienne…) questionne à l’époque la diversité des œuvres numériques et surtout le problème des droits d’auteur sur le net.

Centre Art Contemporain, Lacoux, 2007.

Même en devenant galerie virtuelle, support-média pour des visio-conférences, plateforme d’appel à projets et support de recherches du laboratoire G-SICA… Ou même en se déplaçant dans différents espaces d’exposition, d’entreprises, de partenaires privés… la ©box 1 garde la classique frontière physique entre 2 espaces. Il n’y a pas d’interactions entre ce qui se passe sur les sites, entre les actions du visiteur à l’intérieur de la pilule et le monde extérieur dans lequel elle se trouve.

la ©box 2 s’est déplacée au Brésil à la PUCPR de Curitiba dans le département Industrial Design où enseigne Virginia Kistmann. L’idée étant de donner une nouvelle forme à l’objet transitionnel ©box pour y intégrer un projet du département brésilien Scan Yourself.

L’intérêt de ce voyage de l’autre côté de l’Atlantique a permis d’aller au bout du chemin de la relation privé et personnel que l’on a tous à l’écran. Ici le scanner propose une véritable relation intime, corporelle à notre propre image. l’extérieur est complètement exclu… Juste la trace de mon écrasante impuissance permet de traverser l’écran. La ©box 2 devient ici un corps féminin dans lequel on s’installe pour une relation tactile, un corps à corps érotique et sensuel… De la position verticale, le visiteur / utilisateur s’échoue à présent sur la surface du scanner comme une baleine sur le sable… La lourdeur du corps déformé renvoie à l’image de notre pesanteur, mais du même coup à notre corporéité sensible, poreuse au monde… Le scanner enregistre les points de contact sans les sensations vécues, perçues, enregistrées lors de notre passage… La ©box 2 devient un lieu de plaisirs cachés, hors du monde

La ©box 3 imaginée et construite avec l’ESADMM sera donc un « objet néomédiatique » (Lev Manovitch), présent et utilisable dans l’espace public. La ©box 3 fonctionnerait comme un objet transitionnel entre corps, espace, écrans, pour créer des possibilités de lien social.

U

Carole Brandon, 2012

 U

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *