Delta Lyrae 6 > Vers UN (autre) Jardin des Délices ?

Pourquoi DEUX soleils dans UN

coin locker babe-i ?

Est-ce que le beau engendre (toujours) le bien ?

“Si en effet des œuvres de nombreux artistes contemporains peuvent être dites belles, ce n’est pas de la même façon que des œuvres plus traditionnelles. Il s’agit moins d’une beauté plastique et de surface offerte à la contemplation que de la beauté du processus d’actualisation d’un projet-concept, d’un sens, dans la matérialité ouverte d’une œuvre. A l’absolu d’une beauté statique, rétinienne et supposément universelle, de larges pans de l’art contemporain substituent une beauté processuelle, libérée de l’autorité d’un ordre esthétique transcendant, mais directement accordée à la qualité, la pertinence, l’élégance et l’inventivité du processus d’actualisation d’un concept-projet singulier. Après avoir été longtemps pensée comme essentielle, transcendante et universelle, et avoir suscité la concentration, l’admiration ou l’exaltation, la beauté a changé de nature avec l’art contemporain qui, d’œuvre en œuvre et d’une infinité de manières, a instauré une beauté processuelle, sans doute plus proche de celle des sciences et des mathématiques que de celle des traditionnels arts plastiques“.                                                                         André Rouillé, une beauté processuelle, in paris-art.com n°382, 24 mars 2012.

IFP, Crédit (IFP), 1987, Acrylique sur mur, dimensions variables,
Collection IFP, Photo © Ilmari Kalkkinen / Mamco, Genève.

U

Une Planète > < Quatre soleils.

“Une équipe internationale d’astronomes a annoncé lundi la découverte d’une planète dont le ciel est illuminé par quatre soleils, le premier système stellaire de ce type observé jusqu’à présent. La planète, baptisée PH1, située à près de 5 000 années lumière de la Terre (une année lumière correspond à 9 461 milliards de kilomètres) est en orbite autour de deux soleils, et deux étoiles tournent autour de ces derniers. Seulement six planètes sont connues à ce jour pour être en orbite autour de deux soleils sans autre étoile distante orbitant leur système solaire, selon ces astronomes. Ce système planétaire circumbinaire double a été initialement découvert par deux astronomes amateurs américains, Kian Jek et Robert Gagliano, qui ont utilisé le site Planethunters.org.“ (Libération, 16 octobre 2012).

La révolution Copernicienne (perfectionné ensuite par Johannes Kepler, Galilée, et Newton) voudrait que chaque planète tourne autour d’un soleil… Nous sommes ainsi, même si l’univers reste dans l’idée toujours infini et en expansion, dans un système pyramidal. Il y a toujours un centre (le soleil) et une périphérie (les planètes). Or le principe même du jardin et a fortiori du réseau (associé aux technologies numériques) nous suggère une forme qui serait définitivement hypermédia.

U

Delta Lyrae 6 > < Un jardin.

Edwige Lelièvre écrit : “Delta Lyrae 6 est à la fois le nom du jeu et le nom d’une planète où a lieu le jeu : Lyrae pour constellation de la Lyre, Delta pour 4ème système solaire, et 6 pour sixième planète. DL6 est un jeu de rôle en ligne, à univers persistant, axé sur le roleplay (c’est à dire la narration collaborative ouverte, et l’incarnation, à la manière d’acteur, des personnages par les joueurs). Il est conçu pour un groupe de 7 joueurs : 6 normaux et un maître du jeu. Le jeu prend place, mi-futuriste, mi-onirique dans un univers onirique. Il est basé sur des enquêtes et des énigmes, certaines étant centrées sur le monde, les autres étant centrées sur les personnages principaux. DL6 est la première colonie terrestre sans atmosphère artificielle, car elle bénéficie naturellement d’une atmosphère respirable, grâce aux arbres minéraux qui émettent hydrogène et oxygène. Elle accueille à la fois les colons officiels et les rescapés d’un cataclysme sur terre (ce sont les joueurs).“

C’est bien ici la relation au jardin (Eden) qui suggère la possibilité d’une présence humaine. Par homonymie DL6 désigne toute à la fois le jeu, la planète et la colonie. Nous sommes volontairement pro-jetés dans un réseau où l’élément nature, sans devenir le maître du jeu, est un des participants essentiels qui concourent à notre sur-vie. Cet élément produit non seulement le territoire indispensable qui nous permet de jouer mais également le référent d’un au-delà mythique, le lieu du logos pour une re-naissance singulière en miroir à notre propre dénaturation. Le réseau n’est donc pas produit seulement à l’intérieur du jeu mais par l’idée du jardin, dans et en dehors du jeu.

U

Vous êtes devant > < Vous êtes dedans

Pour réaliser le logo de DL6, il faut donc tout à la fois, bien sûr faire référence aux autres jeux, à l’idée de jardin (de frontière), de lyre (d’une forme de mélodie) et de re-naissance… L’image produite rassemble (mixe ?) l’idée de phénix, d’instrument de musique, les lettres D et L… Edwige Lelièvre (ATER dans le département Communication Hypermédia et membre de G-SICA) soutient sa thèse en partie sur l’expérimentation de ce jeu. Pour présenter cette soutenance, un coin locker babe-i est envoyé le 6 novembre 2012. Afin de suggérer la découverte de PH1, Il reprend une image stéréotypée de cette découverte, en quelque sorte un i+D/signe de plus, associé au logo de DL6.

Coin locker babe-i n°154                                                                                                   De : Marc Veyrat <marc.veyrat@univ-savoie.fr>
Date : 6 novembre 2012 14:20:26 HNEC
Objet : Jeux de rôle & expérience esthétique

U

A l’instar du groupe IFP, c’est bien ici le processus d’actualisation d’un projet-concept, qui prend forme par la superposition de deux images clefs : la première renvoyant directement au jeu et par rebond à l’idée de jardin, dans la matérialité ouverte d’une œuvre participative et la seconde renvoyant peut-être à la fin de la révolution Copernicienne. “Are we still in a game“ demande Ted à la fin du film eXistenZ de David Cronenberg… Information / Fiction / Publicité : nous ne sommes pas ENCORE à la fin de l’expérience esthétique

Marc Veyrat, 2012

U

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *